Proweb

Proweb-300x141

Nous avons rencontré une partie de l’équipe de Proweb à Harare.

Qu’est-ce que Proweb ?

Proweb est un réseau qui regroupe depuis 2005 une variété de femmes d’affaires zimbabwéennes afin de répondre à leurs besoins. Différents secteurs économiques sont représentés, tels que l’industrie minière, l’agriculture, les banques & assurances…

La vision de cette organisation ? « Aider les femmes à devenir plus autonomes professionnellement et économiquement »

Proweb agit ainsi autour de deux axes majeurs:

1)      Le développement professionnel, à travers un programme d’échange et de développement des compétences. Le but est d’aider les femmes à gravir les échelons professionnels, à progresser dans leur carrière afin d’occuper notamment des postes au sein des bureaux exécutifs, de managers, CEOs…

2)      Le développement d’activité, à travers l’acquisition de compétences variées et des formations entrepreneuriales. Le but est de leur permettre d’apporter une valeur ajoutée à leur entreprise, de créer de la richesse, en accédant à des prêts, formations, à un réseau et une exposition sur le marché.

Quels sont les services offerts par Proweb ?

Proweb propose différents services :

- L’accès à un réseau : En rassemblant les femmes, en leur fournissant une plateforme où trouver de l’inspiration et de la motivation à travers les réussites individuelles.

-  l’acquisition et le renforcement de compétences  à travers des formations variées.

- Du mentorat pour les plus jeunes : A l’ origine, l’association ciblait principalement les étudiantes grâce à un partenariat avec l’association Boost Fellowship qui opère dans les universités. Le but est de fournir une plateforme à ces jeunes où elles peuvent être mentorées par des femmes d’affaires qui ont réussi. Ce sont des femmes qui se sont fait une place dans la société, qui ont des histoires inspirantes à raconter en ce qui concerne leurs choix de carrière, leur parcours, et les entreprises qu’elles ont créées.

- Des plans de microfinancement : Ce fut l’initiative d’un groupe de femmes qui souhaitaient initier les autres femmes à l’épargne. En effet, la plupart avaient tendance à mal gérer leurs dépenses et s’en rendaient compte trop tard. Ces femmes ont donc décidé de démarrer un plan de microfinancement en épargnant à plusieurs 100$ mensuels. Elles ont ainsi réussi à créer un fond d’investissement en 2012, et prêtent aujourd’hui de l’argent à d’autres femmes entrepreneures afin qu’elles puissent développer leur activité.

- Différents projets, notamment dans les domaines de l’agriculture, de l’industrie minière, l’immobilier ou la construction. Via Proweb, des femmes se rassemblent pour créer par exemple leur entreprise minière. Elles sont plus fortes économiquement et génèrent des revenus pour elles et leur famille.

Un nouveau projet est également prévu pour septembre 2014 : En partenariat avec le centre d’entrepreneuriat, l’équipe Proweb souhaite permettre à des entrepreneures déjà bien établies de changer encore d’échelle. Ce programme consistera en douze jours de cours intensifs sur l’entrepreneuriat, et la participation à des expositions nationales et internationales. De cette manière, elles pourront gagner en visibilité et établir des contacts utiles afin de commencer à exporter leurs produits/services. Seize femmes participeront à cette première édition.

Qui peut intégrer le réseau Proweb ?

Il existe différents types d’adhésion :

- « individual membership » : pour chaque femme d’affaire souhaitant intégrer la structure

- « corporate membership » : pour les entreprises désirant devenir partenaires de l’organisation

- « associate membership » : pour les associations et clubs destinés aux femmes

- « student membership » : pour les étudiantes

Il y a ainsi aujourd’hui plus de 5000 membres répartis dans les 10 provinces du Zimbabwe.

Comment fonctionne l’organisation ?

Six salariés permanents gèrent l’activité de l’organisation. A cela s’ajoutent une quinzaine de volontaires qui donnent bénévolement et ponctuellement de leur temps et de leur expérience pour aider l’association.

Les bureaux de l’association sont basés à Harare, mais travaillent étroitement avec des organisations partenaires dans d’autres villes du Zimbabwe. Par exemple, si un événement ou une formation est organisée à Bulawayo, l’équipe contacte ses partenaires sur place, à savoir la Chambre nationale du Commerce ou encore l’association Empretec.

En tant qu’institution non gouvernementale, Proweb se finance via différents canaux à savoir: les frais d’adhésion des membres, les dons, des opérations de fundraising (évenements), mais aussi via les intérêts des plans de microfinancement.

L’organisation essaie dans la mesure du possible d’évaluer régulièrement les besoins des femmes et leurs difficultés, afin de pouvoir y répondre au mieux. Si l’équipe identifie un besoin particulier et qu’elle a les fonds nécessaires, elle propose une formation, en association avec ses partenaires, pour y répondre. Il peut donc y avoir trois ou quatre projets mis en œuvre en même temps.

Les membres de Proweb que nous avons rencontrées ont souligné que la difficulté majeure et récurrente pour les entrepreneures zimbabwéennes était l’accès au capital pour développer leur entreprise. D’autre part, si elles n’appartiennent pas à une association, si elles n’ont pas le réseau adapté, les femmes ont également du mal à accéder à l’information, ou à des formations appropriées. Proweb représente alors une sorte de hub qui transmet aux associations partenaires les opportunités existantes afin que ces dernières les partagent avec leurs membres.

En 2009, Proweb a par exemple publié un « répertoire de femmes », une publication de portraits d’entrepreneures zimbabwéennes de différents secteurs d’activité. Les coûts d’impression étant particulièrement élevés au Zimbabwe, la deuxième version a été financée par l’ambassade américaine, et est accessible en ligne, sur le site de Proweb. Cela permet de donner une certaine visibilité à ces femmes.

 L’entrepreneuriat féminin au Zimbabwe

Selon les membres Proweb que nous avons rencontrées, l’entrepreneuriat féminin au Zimbabwe est en pleine croissance. Auparavant, la plupart des femmes restaient chez elles en attendant que leur mari apporte de l’argent pour faire vivre le foyer. Aujourd’hui elles sont plus éduquées et ressentent le besoin d’apporter leur contribution. Elles démarrent donc leur propre activité, ce qui génère plus de revenus pour la famille. Les mères apprennent maintenant à leurs filles à entreprendre. Si l’on regarde les statistiques et les études menées par Proweb et d’autres organisations depuis 2005, on se rend compte qu’il y a de plus en plus de femmes qui détiennent leur propre affaire. Nombre d’entre elles sont parvenues à établir des entreprises fructueuses, que ce soit au niveau micro ou macro-économique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>