Salina – vendeuse de jus de fruits

10704065_349046301922605_355159941315752876_n

A Puno, nous avons découvert le mercado central, le marché de la ville. Ce dernier est arrangé de façon très ordonnée en différents rayons : viande, fruits, légumes, pommes de terre, épicerie, restaurants… et jus de fruits ! De nombreuses femmes tiennent un petit stand dans chaque rayon. Nous avons rencontré Salina au détour du rayon jus de fruits.

Pour commencer, parlez-nous de votre activité. Quand avez-vous commencé ?

Je travaille au marché 7j/7, du lundi au samedi de 7h à 17h, et le dimanche matin. Le marché attire du monde, les gens peuvent acheter de tout, à bon marché. En effet ici, nous vendons le surtido à 2,5 soles, tandis que dans la rue vous le trouvez à 5 soles. Les gens préfèrent donc se rendre au marché !

J’ai commencé il y a huit ans. A mes débuts j’étais employée par la gérante et fondatrice du marché (le mercado central de Puno existe depuis cinquante ans), puis je me suis installée à mon compte.

Je fais partie du « comité des jus de fruits » : Nous sommes 19 dans ce comité. Nous avons une Présidente, une secrétaire… C’est bien organisé, comme une véritable entreprise !

Quelles ont été vos motivations pour vous lancer ?

Avant je travaillais à la ferme à Arequipa, et cultivais du riz, des oignons… On les vendait ensuite dans les villes (Arequipa, Lima…). J’ai déménagé à Puno pour mes deux enfants. En effet lorsque vous travaillez à la ferme vous travaillez à la campagne et nous passons beaucoup de temps en voiture pour aller livrer notre production en ville. Du coup, les petits se retrouvent seuls. L’intérêt de travailler ici c’est que je peux les emmener avec moi et les surveiller.

Comment conciliez-vous votre travail avec votre vie personnelle ?

C’est un peu compliqué de concilier mon travail et ma vie de famille. Il faut que je me lève très tôt pour pouvoir faire tout ce qui est nécessaire à l’entretien de la maison, avant de venir travailler ici. De même, en fin de journée, à la fermeture du marché je rentre à la maison et prépare le dîner. Je cours tout le temps !

Où achetez-vous les fruits nécessaires à la préparation des jus ?

Tous les samedis, c’est le jour des « mayoristas » qui viennent depuis Arequipa ou la Bolivie pour nous vendre leurs fruits. Nous leur achetons chacune les fruits dont nous avons besoin pour la semaine et les entreposons chez nous. Nous achetons presque toutes nos pommes à la même marchande, mais en ce qui concerne les autres fruits ça dépend vraiment de chacune !

Pour mon activité de la semaine, j’ai besoin de 10 grandes papayes (ou 16 petites), une centaine de bananes, 50 oranges, et environ 25 kg de carottes.

Quel est le jus qui a le plus de succès ?

Le « surtido » (papaye-ananas-bananes : nous l’avons testé, c’est délicieux !) est le jus de fruit qui a le plus de succès, avec la « sanaoria » (jus de carottes) qui regorge de vitamines A bonnes pour la peau, la vue, pour la santé en général (sana !).

Quelles difficultés avez-vous rencontré à vos débuts ?

Le manque de capital a été une difficulté majeure. Quand vous avez du capital vous pouvez investir… Moi j’ai commencé très petit.

Avez-vous reçu une quelconque aide extérieure pour pouvoir vous lancer ?

J’ai commencé sans aide, à l’exception de celle de ma sœur. Comme je n’avais pas de capital pour me lancer, elle m’a prêté assez pour pouvoir acheter 5kg d’oranges, 10 bananes… Je l’ai ensuite remboursée avec mes premières ventes.

Comment vont les affaires ?

Si je compare avec la période de mes débuts, et étant donnée la situation économique actuelle du pays, je dirais que je m’en sors suffisamment bien pour pouvoir nourrir ma famille chaque jour.

C’est sûr que je ne gagne pas beaucoup, mais ici un commerçant travaille pour survivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>