colca

Après quelques jours intenses dans la capitale bolivienne, nous repartons en direction du Pérou car c’est bientôt l’heure du départ et la route est longue… très longue jusqu’à Lima ! Nous décidons donc de faire un stop à Arequipa pour couper le trajet, et pour profiter de cette jolie ville et surtout de ses environs ! En effet, nous ne voulons pas manquer le célèbre canyon de Colca ! A 180km au nord-ouest d’Arequipa, il s’étire sur une centaine de km. C’est le 2e canyon le plus profond…

la paz

Après nos folles aventures dans le Salar, il est maintenant temps de repartir en direction de La Paz. Nous prenons le bus de nuit avec Jérémie jusqu’à Oruro, et nous découvrons avec étonnement qu’il est encore possible de vivre comme un hippie, sans argent, au fin fond des Pyrénées ! Après une arrivée chaotique à la Paz le lendemain matin – feu la bouteille de vin réservée pour notre couchsurfeur Alex, qui explose dans le sac d’Elsa… –  nous nous dirigeons vers son appartement. Quel bonheur de se retrouver…

elena

A la Paz, il existe un véritable « marché des sorcières » où l’on n’achète pas des fruits et légumes mais des poudres, des herbes, des potions… Nous avons rencontré Elena qui tient une de ces boutiques. Quand vous êtes-vous lancée ? Cela fait 40 ans que je m’occupe de cette boutique. Avant c’était le magasin de ma grand-mère, aujourd’hui c’est moi qui le loue. C’est donc une entreprise familiale, que nous transmettons de génération en génération. Que vendez vous? Nous vendons principalement des offrandes, qui font office des paiements à…

wanda

Wanda a développé une fillière d’exportation de produits artisanaux boliviens vers les Etats-Unis et a accepté de nous parler un peu plus de son parcours d’entrepreneure. Quel a été votre parcours? J’ai fait des études à l’université en Business & Administration. Mais en 1975, la plupart des universités boliviennes ont fermé (ndlr, en réaction aux successions de dictacteurs boliviens). Je me suis donc rendue à la Paz pour finir mes études dans une université payante, la seule qui n’était pas fermée. Au bout de deux ans, l’administration ne…

carmen

A La Paz, nous avons rencontré Carmen et sa fille, fondatrices d’une association des femmes productrices de la commune de Huaricana. A quelle problématique répond votre association ? Les femmes du village de Huaricana vivent de la production de maïs, oignons, laitues, tomates et autres légumes, qu’elles vendent ensuite aux marchés de La Paz. Mais nous rencontrons de nombreuses difficultés liées au manque d’eau potable. En effet, par temps de pluie, nous recevons tout juste de quoi boire pour les habitants mais pas de quoi irriguer nos terres…

salar

En route pour le fameux désert de sel, un des plus beaux endroits d’Amérique latine ! La route qui relie Potosi à Uyuni, point de départ des excursions vers le Salar, est très jolie et Marie admire les champs de vigognes – euh non d’alpagas ? Ou de lamas ? Nous arrivons à Uyuni où on nous saute littéralement dessus pour nous proposer des tours dès le lendemain. Tranquillement, nous prenons quelques informations mais rejoignons notre hôtel car nous prévoyons d’attendre Ewen et Pauline le surlendemain pour partir. Mais une fois…

images

A la Paz, nous avons rencontré Fernando, qui nous a parlé de l’institution de microfinance Pro Mujer, née en Bolivie en 1993, et aujourd’hui présente dans plusieurs pays d’Amérique latine notamment au Pérou, en Argentine et au Mexique. Qu’est-ce que Pro Mujer ? Pro Mujer est une institution de développement. En Bolivie on parle de nous comme une institution financière, mais nous sommes avant tout une entité de développement de la femme car nous apportons un soutien intégral à nos bénéficiaires sur trois piliers fondamentaux : la santé, la formation…

potosi

Après une nuit passée à la Paz dans une auberge de hippies, nous allons découvrir le site précolombien de Tiwanaku, ses statues et sa porte du Soleil. Ce sont ces ruines qui auraient inspirées Hergé pour son album Tintin et le Temple du Soleil! Un peu déçues par le site, nous sommes contentes de découvrir le joli marché du village avant de reprendre notre minibus à l’odeur douteuse pour une 1h30 de trajet…   Nous prévoyons de revenir à la Paz à la fin de notre séjour bolivien,…

renita

A Potosi, nous avons rencontré Renita, gérante d’un magasin de robes de mariées. Quel a été votre parcours et quand avez-vous commencé ? J’ai étudié en Bolivie la couture et la mode. Pour moi, c’était une étape très importante. J’ai donc appris le B-A BA de la couture dans un institut à Potosi : comment faire une robe ou n’importe quel autre vêtement en partant de rien. J’ai ensuite beaucoup pratiqué pour améliorer ma technique, puis je suis partie travailler à Buenos Aires dans ce domaine. Quand je suis rentrée…

carmen site

Potosi est le centre de l’exploitation minière du Cerro Rico depuis le XIXe-s. Aujourd’hui, les coopératives y font encore travailler 6000 mineurs. De nombreuses boutiques se sont donc crées pour leur fournir le matériel nécessaire à leur travail. C’est ainsi que nous avons rencontré Carmen. Pour commencer, pouvez-vous nous parler de votre commerce ? J’ai commencé ce business il y a trente ans, j’en ai soixante aujourd’hui. Je vends tout le matériel nécessaire au travail de minier : bottes, casques, dynamite… Il faut d’ailleurs faire très attention à manipuler la…