Carnet de route #15: derniers jours en Amérique latine

colca

Après quelques jours intenses dans la capitale bolivienne, nous repartons en direction du Pérou car c’est bientôt l’heure du départ et la route est longue… très longue jusqu’à Lima ! Nous décidons donc de faire un stop à Arequipa pour couper le trajet, et pour profiter de cette jolie ville et surtout de ses environs ! En effet, nous ne voulons pas manquer le célèbre canyon de Colca !
A 180km au nord-ouest d’Arequipa, il s’étire sur une centaine de km. C’est le 2e canyon le plus profond au monde (3400m) après celui de Cotahuasi (3535m). Il est deux fois plus profond que le Colorado (si si !) et peuplé par une quinzaine de villages.

Après un rapide passage de frontières, nous revoilà au Pérou, puis bientôt dans la belle « cité blanche » d’Arequipa. Fondée en 1540, la ville prospéra rapidement grâce à sa situation privilégiée sur la route du transit du minerai des mines de Potosi. Ses bâtiments ont été construits en roche volcanique (sillar clair), ce qui leur confère leur blancheur. Son centre historique est classé au Patrimoine de l’Unesco, regroupant une fois n’est pas coutume, de nombreuses églises et monastères aux décors baroques.

DSC03390 DSC03406

Le lendemain matin nous profitons d’un petit déjeuner ensoleillé, en terrasse sur le toit, face à Misti et autres volcans enneigés ! Puis, malgré les conseils de la réceptionniste de l’hôtel qui cherche à nous vendre un tour, nous décidons de faire Colca par nous même ! Départ pour la gare routière afin de trouver un bus qui ne partira pas à 3h du matin… Sonia, une autre française de l’auberge se joint à nous pour l’expédition. Malheureusement il s’agira d’un faux départ : c’est dimanche et le prochain bus ne part qu’à 17h ! Qu’à cela ne tienne, nous en profitons pour découvrir la ville. Sonia, arrivée l’avant-veille, se révèle être un très bon guide et nous fait découvrir aussi bien le marché (et ses jus frais huuum) que les ruelles pittoresques et les charmantes placettes où règne la douceur de vivre…

 DSC03402 DSC03398

Arrive l’heure du départ, nous nous dirigeons vers la gare et patientons encore un moment en mangeant du pain sec (malgré les dires de marie « mais siiii il y a de la mie la ! ») assises par terre en attendant le bus. Fatiguées par le trajet de la veille, nous ne profitons pas beaucoup des paysages et tombons dans un sommeil profond dès les premiers kilomètres. Nous ouvrons tout de même un œil à un moment donné, réveillées par le froid : ah oui normal, nous sommes en train de franchir le col de Patapampa, à 4910m d’altitude ! Cinq heures plus tard, nous débarquons à Chivay et trouvons trois matelas où passer la nuit.

Le lendemain, Elena nous accueille pour le petit déjeuner et nous partage son expérience de gérante d’hôtel et sa vision de la place de la femme au Pérou. Elle a elle-même créé son entreprise lorsque son mari l’a quittée pour une autre femme il y a quelques années… Elle a alors dû créer sa propre activité pour subvenir aux besoins de ses deux enfants.
Nous reprenons ensuite le bus en direction de Cabanaconde, village situé en haut du canyon et point de départ des différentes randonnées. Nous apprécions la superbe vue sur les milliers de terrasses agricoles qui s’ étagent dans le canyon avec un système ingénieux d’irrigation datant des Incas, qui capte l’eau de fonte des neiges éternelles. A la Cruz del Condor, nous cherchons des yeux le vol majestueux de l’oiseau sacré des Andes, mais rien en vue ! C’est à Cabanaconde que nos chemins se séparent avec Sonia. En effet, elle souhaite passer quelques jours à Colca tandis que nous devons reprendre le bus dès le lendemain matin. De plus, comme il s’agit de notre dernier weekend, nous ne voulons pas faire de folies sportives ! Notre ambition ? Descendre dans le canyon jusqu’à une oasis pour chiller tout l’après-midi, au soleil, au bord de la piscine !

DSC03444DSC03418 DSC03421
MALHEUR A NOUS. D’abord car le canyon est plus profond que prévu. Au bout de 15 minutes de descente, on commence déjà à se dire qu’on va le regretter « ah oui c’est pentu quand même »…au bout d’une heure de marche on s’étonne de ne même pas être à la moitié de la descente… Et au bout de deux heures on remarque que le soleil se fait plus timide ! On arrive finalement bien cassées 2h30 plus tard, pleines de poussière (Elsa y a même goûté en glissant à plusieurs reprises… non, les baskets Nike ne sont pas vraiment appropriées et on regrette de ne pas avoir de chaussures de marche !) mais en ayant hâte de plonger dans la piscine. Malheureusement, le temps de se changer et il se met à pleuvoir ! Le gérant nous assure que la piscine est chaude… euh on a quand même du mal à se jeter à l’eau ! Quoi qu’il en soit, on passe l’après-midi à se relaxer dans ce petit coin de verdure au fond du canyon, à jouer aux cartes et discuter avec les autres trekers en regardant la pluie tomber… Frédéric, Hugo et les guides nous aident à nous ôter de la tête la dure montée qui nous attend demain et à profiter pleinement de cette période de « calme avant la tempête » !

DSC03440 DSC03427

Réveil matinal le lendemain, à 5h ! En effet, nous misons sur 5h de grimpette pour rejoindre Cabanaconde… Et on ne peut pas se permettre de louper notre bus et d’arriver en retard à Lima pour notre avion ! On commence donc vaillamment l’ascension des 1200m de dénivelé… Très vite, on en ****! On hésite presque à remonter en mules comme certains touristes… ah non, pas possible il nous reste 20 Soles pour tenir jusqu’à demain soir ! Les remarques vont bon train : « pourquoi on est descendues déjà ?! », « mais en plus le paysage est MOCHE », « faut vraiment qu’on arrête de se fixer ce genre de défi! », « ça me rend même pas heureuse de réussir ce genre d’exploit sportif » et j’en passe !

Les guides du groupe de touristes tentent de nous encourager au même titre que les autres : « vamos chicas, vamos vamos ! »… Marie leur fait gentiment remarquer qu’on ne fait pas partie de leur groupe, sur un ton leur faisant comprendre qu’ils feraient mieux de s’occuper de leurs affaires et nous laisser souffrir tranquilles. Ça n’a pas l’air de les atteindre car ils continuent à chaque fois qu’on les croise…au bout de la 5eme fois, l’effort faisant ressortir le « dark side » d’Elsa, on change de registre : « je te jure, il le dit encore une fois, je lui crache dessus! »…  Nous arrivons finalement au bout de cette « montagne vivieuse »… et en 3h30 seulement ! YIHAAA

DSC03442

Colca c’est fini ! (bon, on avoue on est quand même contentes de l’avoir fait !) c’est donc parti pour 48h de voyage en direction de la France (douuuuce France, we miss you) ! Retour en bus pour Arequipa au doux son de la cumbia, puis                     16h de bus de nuit pour Lima (qu’on attrape de justesse à cause d’une procession religieuse qui bloque les rues d’Arequipa !), et enfin 1h de combi jusqu’à l’aéroport… C’est finalement avec 6h d’avance que nous arrivons à l’aéroport, où nous squattons allègrement le Starbucks en attendant notre vol ! On est vraiment excitées par ce petit transit de trois jours qui va nous permettre de profiter de famille, amis, confort et bonne bouffe !

Le vol se révèle particulièrement éprouvant pour Marie à cause de turbulences et d’un voisin péruvien pas vraiment à l’aise avec la technologie…
Nous arrivons enfin à CDG ou les parents et la sœur d’Elsa nous attendent. Marie fait bien rire le douanier en appréhendant tout haut la « rencontre avec la belle famille ! ». Après les présentations, nous nous séparons (quel déchirement !) en direction de Lyon, Paris et Luxembourg…

Nous profitons de ces trois jours pour recharger un peu les batteries, manger du fromage, du pain et boire du café pour repartir en pleine forme  pour de nouvelles aventures vers le Bangladesh !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>