Kanshelmar – Grameen lady

teagirl

Kanshelmar est membre de la Grameen Bank depuis 27 ans et tient un salon de thé dans son village, activité particulièrement rare pour une femme car peu d’entre elles se rendent dans les lieux publics.

Quand avez-vous rejoint la Grameen Bank et quelles étaient vos motivations ?

Je suis membre de la Grameen Bank depuis plus de 27 ans, je ne me souviens pas exactement de la date exacte de mon intégration. A cette époque, j’avais une fille. Lorsque le temps est venu de la marier, il a fallu payer sa dote (coutume dans les villages bangladais : la famille de la mariée doit payer un prix, souvent très élevé par rapport à son niveau de vie, au mari, afin qu’il prenne en charge sa future femme, ndlr) ce qui n’a pas été facile.

J’ai alors entendu parler de la Grameen et j’ai décidé de rejoindre la banque afin de créer ma petite entreprise. Je voulais contribuer à l’épanouissement de ma famille.

Quelle activité avez-vous pu lancer grâce à votre emprunt ?

Grâce à un prêt de 2000 taka (20€), j’ai pu commencer mon activité. Jusqu’alors je cuisinais quelques gâteaux, que les gens appréciaient et que je vendais pour obtenir de maigres revenus. J’ai donc décidé de créer mon propre salon de thé. J’ai commencé très petit, et récemment j’ai obtenu un nouveau prêt de 50 000 taka qui m’a permis de développer mon activité.

D’autre part, grâce aux revenus de mon entreprise, j’ai pu acheter un terrain qui valait 60 000 taka à l’époque. Aujourd’hui il vaut 6 millions de taka ! Je cultive du riz, des mangues,  des légumes, en fonction des saisons. J’en garde une partie pour nourrir ma famille et je vends l’extra de la production au marché.

Avez-vous reçu le soutien de votre entourage ?

Mon mari m’a soutenue dans cette entreprise, c’est d’ailleurs lui qui m’a donné l’idée du salon de thé. Mon entourage était également derrière moi, les gens étaient chaleureux.

Quels sont vos objectifs pour le futur ?

Je souhaite étendre mon business et construire une maison en briques pour ma famille grâce au prêt au logement que propose la Grameen Bank.

Avez-vous rencontré des difficultés particulières ?

En tant que mère et entrepreneure, une difficulté fut de gérer mon temps. Mon mari travaille en tant que journalier dans la construction et nous avons quatre enfants: 3 filles et un fils. Ils sont tous allés à l’école jusqu’en secondaire. Parfois, par exemple, j’étais trop occupée au salon et ne pouvais pas rentrer chez moi à l’heure du repas pour cuisiner pour mes enfants et mon mari.

Aujourd’hui mes trois filles sont mariées, et sont devenues membres de la Grameen dans d’autres villages. Seul mon petit dernier de dix ans vit encore à la maison.

Avez-vous un conseil à donner à celles qui souhaiteraient entreprendre ?

Je veux être un modèle pour mes voisines. J’en ai aidé plus d’une à se lancer ! Je vais par exemple voir leur famille pour discuter avec eux s’il y a des blocages. Je leur raconte mon parcours et leur explique que cela fait des années que j’ai monté mon affaire. Ils voient alors que je m’en sors bien et qu’ils n’ont donc pas de raisons de s’inquiéter si leur fille souhaite devenir entrepreneure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>